Vienne, entre 1920 et 1930, est l’une des capitales intellectuelles du monde. Des écrivains, des musiciens, des artistes plasticiens, des savants y drainent l’élite européenne. C’est dans ces années que des hommes et des femmes rendent visite à Sigmund Freud, au numéro 19 de la Bergstrasse, dans son cabinet de travail qui lui sert à l’occasion de pièce de réception.

À partir des témoignages ‒ parfois inédits, la plupart dispersés dans des correspondances, des articles de journaux ou de revues, et des autobiographies, devenus inaccessibles ‒ de ces visiteurs, artistes, psychiatres, hommes de lettres, journalistes, pionniers de l’aventure psychanalytique, Marcel Scheidhauer apporte une contribution précieuse à l’histoire de la psychanalyse dont l’effacement contribue au sommeil dogmatique, au fétichisme des concepts et à la pétrification de vérités supposées atemporelles. Le lecteur, qu’il soit profane ou non, s’interrogera sur son propre rapport à la psychanalyse et sur les relations d’aliénation et de séparation aux figures du Maître qui sous-tendent les aléas de la transmission de la psychanalyse, les péripéties des enjeux et des tumultes institutionnels.