Elie G. Humbert (1925-1990), l’un des chefs de file de l’école jungienne française pendant de nombreuses années, nous livre ici la synthèse de son expérience de thérapeute et de sa réflexion sur les questions essentielles de la vie, fruit d’une collaboration étroite avec Jung lui-même. A travers une série d’articles et d’entretiens parus essentiellement dans les Cahiers jungiens de psychanalyse, dont il fut le fondateur et le rédacteur en chef jusqu’à sa mort, il met en évidence l’apport original de la pensée jungienne. L’analyse prend alors une tout autre dimension et devient le lieu privilégié de la quête du sens. « Le feu du désir, écrit Elie G. Humbert, se transforme, se purifie, dans la mesure où l’angoisse a creusé, par le deuil et en particulier par le deuil de la mère, la caverne vide. Dans cette perspective, la psychanalyse est peut-être l’art de perdre ses illusions dans un accroissement du goût de vivre. »

Voici un recueil de témoignages sur notre conscience et notre présence au monde. Représentants des traditions spirituelles, psychothérapeutes et philosophes nous disent combien l’attention à l’être profond que nous sommes, et à l’existence qui se manifeste en nous et autour de nous, se révèle porteuse de sens. Il s’agit d’aimer et d’agir ici et maintenant plutôt que de ressasser le passé ou de se projeter sans cesse dans l’avenir.

Qu’est-ce que la communication ? Un échange avec les autres ? Un dialogue avec soi-même ? Et à quoi sert-elle ? A exister en société ? A être plus heureux ? A évoluer intérieurement ?
Plus on cherche à définir l’acte de communiquer, plus on s’aperçoit qu’il recouvre le champ même de nos vies, tissé de dits et de non-dits qui remontent parfois très loin et ne cessent de nous questionner. Jacques Salomé, l’auteur entre autres de Heureux qui communique, a rassemblé les avis de ses amis spécialistes de la question. Avec ferveur, ils nous transmettent les secrets de cet échange qui pourrait devenir communion.

A la lumière de la psychologie contemporaine, Jean-Yves Leloup relit ici ce qu’écrivait à l’aube de notre ère le philosophe juif Philon d’Alexandrie au sujet d’une étonnante communauté spirituelle, celle des « thérapeutes ». Ceux-ci entendaient prendre soin de l’homme dans sa globalité – corps, âme, esprit -, et Jean-Yves Leloup réactualise ce grand projet en s’inspirant des recherches de Karlfried Graf Dürckheim, mais aussi d’autres écoles contemporaines d’investigation de l’inconscient (Freud, Jung, Reich, Lacan). Il nous invite à pratiquer « l’anamnèse essentielle », que l’on peut définir comme une remémoration, par les moments privilégiés ou « numineux » qui nous ont touchés, de l’Origine qui sans cesse nous fonde. Une telle expérience n’est pas ressassement du passé : elle est ouverture de l’intelligence du coeur et du corps, par un véritable travail de recentrage sur le Soi.
Ponctuant sa réflexion de nombreux exemples empruntés aux traditions orientales ou monothéistes, Jean-Yves Leloup cerne les éléments constitutifs d’une « mémoire de l’essentiel » capable de nous conduire sur la voie d’une guérison spirituelle.

La vogue de la méditation en Occident répond à un besoin essentiel de notre société contemporaine : reprendre son souffle et trouver un sens dans une course s’accélérant sans cesse. Marc de Smedt a réuni ici les plus grands connaisseurs de la méditation pour interroger ce phénomène qui a bousculé les frontières traditionnelles des spiritualités. Soulevant des questions souvent laissées dans l’ombre, ces différents points de vue éclairent les métamorphoses actuelles de ces pratiques ancestrales.
La méditation sera-t-elle la grande aventure des futures décennies en Occident ?

Ce numéro de la revue Question de est repris en poche avec les contributions de : Christophe André, Yvan Amar, Catherine Despeux, Gilles Farcet, Nathalie Ferron, Aurélie Godefroy, Elisabeth D. Inandiak, Thierry Janssen, Christine Kristof-Lardet, Elisabeth Marshall, Fabrice Midal, Philippe Nassif, Brigitte Anne Neveux, Daniel Odier, Olivier Py, Roland Rech, Matthieu Ricard, Isabelle Sorente, Annick de Souzenelle, Jean-Philippe de Tonnac, Serge Valletti, Jacques Vigne.