« Si grande que fût l’attraction qu’exerçait sur moi la théorie de Lacan, il m’apparut à l’évidence que le projet lacanien n’était pas acceptable sans de sérieuses réserves… La théorie lacanienne était fondée sur une exclusion, un “oubli” de l’affect. » « Recentrer le problème et du même coup tenter de proposer une théorie psychanalytique de l’affect dans une visée plus générale », tel était le programme que s’était fixé André Green au début des années soixante-dix. La publication de cet ouvrage en 1973 répondait à une attente de la communauté des psychanalystes, déplorant « l’absence d’une théorie psychanalytique de l’affect satisfaisante, malgré les nombreux travaux consacrés à ce sujet ».
Partant de l’étude analytique de l’affect dans l’œuvre de Freud, puis notant les principales contributions apportées après Freud, pour comprendre l’évolution des idées dans le mouvement psychanalytique, André Green examine la place de l’affect dans les structures cliniques et la façon dont il se manifeste dans l’expérience psychanalytique. L’ouvrage se termine par des hypothèses théoriques par lesquelles l’auteur entend contribuer à l’élaboration d’une théorie psychanalytique de l’affect.